Le chiffrage des accords en jazz.

Le chiffrage des accords

Le chiffrage est le mode de représentation des accords le plus répandu, c’est aussi une des portes d’entrée pour l’improvisation.

 

I. Le chiffrage des accords

Pour cette première intervention, j’ai choisi ce sujet aussi élémentaire que fondamental.

Le chiffrage est le mode de représentation le plus répandu. On l’utilise non seulement dans le jazz, mais encore dans beaucoup d’autres musiques, abstraction faite de la musique classique et contemporaine.

Il s’agit d’un système de symboles, à la fois pratique, économique, et écologique (consommant certainement moins d’encre qu’à l’époque de Mozart).

Les 7 notes de la gamme de LA mineur constituent le point de départ. Chacune d’entre elles est associée respectivement à une des 7 premières lettres de l’alphabet.

A       B       C       D       E       F       G

La     Si      Do      Ré    MI     Fa      Sol

Un accord chiffré est constitué de 2 éléments :   ex: C min

1. La fondamentale de l’accord : encore appelée tonique (et qui n’est pas nécessairement la basse de celui-ci). Elle est représentée par la lettre de l’alphabet (la lettre C dans mon exemple).

2. La qualité de l’accord : on pourrait dire que c’est ce qui donne la couleur de celui-ci (le suffixe min dans ce cas).

Majeur, mineur, diminué, septième … font partie des qualités les plus répandues, mais il en existe bien plus.

Il y a cependant une exception, la lettre de l’alphabet seule suffit à désigner un accord ayant la qualité majeure.

ex : C = do majeur

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.